Isabelle Nadolny et ses contes des Arcanes

J’adore le concept des “Contes des Arcanes” car j’ai aussi souvent pensé qu’elles racontaient des histoires, et qu’elles pourraient écrire des romans si on se servait d’elles pour établir un scénario. Et puis, Isabelle Nadolny l’a fait !

Son blog est un mélange d’Arcanes et de littérature, il est très agréable à lire. Le concept de son spectacle est de créer un conte presque improvisé autour d’une Lame. Elle se produit au Théâtre La Croisée des Chemins dont voici l’annonce (cliquez sur l’image pour vous diriger vers la page web du théâtre et acheter vos billets)

J’ai eu envie d’en savoir plus, et Isabelle a accepté de répondre à mes questions… Qu’elle en soit encore remerciée.

Alors dans quelles circonstances as-tu rencontré le Tarot?

Mon frère faisait des tirages de tarot. J’étais très intriguée par ses tirages ; comment ces cartes qui se retournaient sur la table pouvaient aussi justement correspondre à telle ou telle situation ? Comment les interprétait-il ? Et je me demandais déjà aussi « Mais d’où peuvent bien provenir ces drôles de figures ? »

Un jour, c’était en décembre 2009, je me suis dit « Tiens, pourquoi pas moi aussi ? Penser que le tarot est réservé aux seuls initiés, ou alors à des gens qui le pratiquent depuis toujours, n’est-ce pas un préjugé ? » Je suis entrée dans une librairie ésotérique, j’ai acheté le tarot qui m’a paru le plus approprié pour débuter, à savoir celui qui apparaissait sur l’essentiel des livres de tarot présents, le Tarot de Marseille de Grimaud. J’ai acheté un manuel pour pratiquer le tarot, pris un peu au hasard il faut bien le dire, et j’ai commencé. J’ai posé une question, fais un tirage selon un protocole proposé par le livre, tenté d’interpréter selon les indications données par l’auteur. Je n’oublierai jamais ce premier tirage…

Est-ce que tu peux parler un peu de ton parcours spirituel, qu’est-ce que les cartes t’ont apporté ? Et au contraire, de quoi t’ont-t-elles écartée ?

L’achat de ce jeu de tarot a provoqué comme un effet domino… Je pensais avoir acheté un vieux jeu de cartes qui répondrait à des questions. En fait j’avais ouvert la boite de Pandore ! J’expérimentais plein de tirages, et surtout je me posais mille questions « Qu’est-ce que la destinée ? Sommes-nous vraiment libres de faire nos choix ? » Et je lisais des choses dans les livres de tarot comme « Vous n’êtes pas votre mental », « vous êtes tellement plus que ce que vous croyez » … J’ai voulu très vite expérimenter toutes ces idées : j’ai découvert la méditation, les pratiques énergétiques, les enseignements spirituels. J’ai voulu très vite, et passionnément, changer de vie et me transformer.

Ce fut d’abord très douloureux : la Maison-Dieu irait à merveille pour décrire cette période ! De fulgurantes prises de conscience qui me laissaient complètement par terre ; tout l’inconscient refoulé qui émerge, les casseroles, les blocages, mais aussi les visions, les inspirations, bref la découverte de l’immensité en soi, du meilleur au plus terrible… J’y ai perdu la santé, presque tous mes amis, mon compagnon de cette époque, qui m’avait dit « Tu ne devrais pas toucher à ce jeu-là, ça va te bouziller le mental ! » Il ne croyait pas si bien dire, sauf qu’on ne concevait pas cette phrase dans le même sens. Il m’a fallu plusieurs années pour émerger de cette tempête. Aujourd’hui je suis remplie de gratitude pour tout ce que j’ai pu explorer et ne regrette nullement les crises : difficile d’avancer vraiment si on ne connaît pas son Ombre. Et l’exploration ne fait que commencer …

L’apport des cartes dans tout ceci, je l’ai toujours trouvé ambigu… Je ne pense pas que c’est le tarot en tant que tel qui a déclenché tout ça ! Je ne lui ai jamais prêté un pouvoir à part entière : je ne pense pas que j’ai commencé une pratique spirituelle suite à un tirage avec l’Hermite ou le Pape, et que ces cartes m’auraient influencé par exemple.  Ce qui m’a influencé c’est tout le travail autour des cartes : ainsi j’avais vite constaté que pour faire des tirages de qualité, il ne fallait pas en rester à la lecture d’interprétations dans les livres, ou resté barré dans mes pensées, qu’il était plus approprié d’affuter mon intuition, ma présence dans le moment face à la personne qui consulte. C’était une des raisons pour lesquelles j’avais commencé à pratiquer la méditation. Et la méditation a déclenché tout un tas d’autres choses, etc…

Ce que les cartes m’ont apporté ? Elles ont été l’élément déclencheur qui a fait sauter la tour dans laquelle j’étais enfermée sans le savoir. Ce qu’elles m’ont évité ? De rester enfermée…

Que donnerais-tu comme conseils à ceux et celles qui désirent se familiariser avec le Tarot? Quelles erreurs éviter?

J’ai une belle histoire à vous raconter à ce sujet. Quand j’ai commencé le tarot je me posais des milliers de questions : comment m’y retrouver dans la multitude d’interprétations, d’auteurs, et aussi, si j’interprète autrement un tirage, moi, ai-je raison, qui suis-je pour contredire un livre de tarot écrit par un maître en la matière ? Comment savoir ?

Un jour, en descendant de chez moi, j’ai trouvé devant la porte de l’immeuble juste sous mes pieds, une carte bizarre inspirée du tarot, qui répondait exactement à ma question ! Une petite carte blanche, avec un texte écrit en bleu (si quelqu’un a une idée ?) Depuis, je la garde toujours avec moi. Elle s’intitulait : « XXII, l’initiation, l’imprévu, les fous de Dieu » et en dessous, ce petit texte était écrit : « Les fous de Dieu se donnent réunion par hasard au détour d’un chemin. L’imprévu est leur habit, la confiance leur rire, la folie leur croyance. Soyez donc un peu fou pour expérimenter croire, et sachez, mes amis qu’il est plus difficile de ne pas croire. Croire en tout, croire en tous, croire en vous. » Et plus loin, le texte répondait exactement à ma question : « N’oubliez pas que le tarot est un outil très sûr si vous êtes vous-même sûr de vous, et que, de plus, il va suivre d’une façon subtile toutes vos conventions. » Il se finissait par : « Laissez donc l’imaginaire voyager en confiance. Les surprises seront au rendez-vous. Bon parcours ! »

Donc en lien avec ce beau message, ce beau cadeau reçu, pour ce qui est des erreurs à éviter je dirais :

Ne nous enfermons pas dans des certitudes avec ce jeu et cette pratique ! Laissons ouvert… J’ai vu trop de gens qui pensent que le tarot qu’ils ont choisi est le seul valable, ou encore qui suivent l’enseignement de quelqu’un, le vénèrent parfois comme un maître et ne cherchent pas autre chose. Je trouve ça dommage…

Il me semble que la pratique du tarot ouvre sur des mondes subtils. Gardons-nous de trop affirmer…

Quels sont tes tirages préférés? As-tu une routine quotidienne particulière avec les cartes?

J’aime bien tirer trois cartes le matin : une carte évoquant l’énergie de la journée, accompagnée d’un petit binôme évoquant un moment, un événement particulier. Je le fais parfois avec des majeures, ou un mélange de majeures et mineures, parfois j’ajoute d’autres cartes d’autres jeux, un oracle, le tarot zen d’Osho que j’aime bien. Je ne le fais pas tous les jours je n’aime pas la routine. Parfois je tire une carte comme ça : « Alors tarot, comment je vais, ici, en ce moment ? ». Parfois je fais un petit bilan sur une période. Parfois j’invente un tirage…

Est-ce que tu dirais qu’elles t’ont parfois donné de bonnes leçons, ou aurais-tu une anecdote surprenante à nous raconter dans le cadre de ta pratique?

A la fin de l’année 2012, il y avait une offre de mutation dans le cadre de mon travail de bibliothécaire : ils cherchaient quelqu’un pour gérer la réserve de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, c’est à dire le fonds des livres, manuscrits, objets, les plus rares et précieux d’un lieu qui avait hérité des biens de la mythique Abbaye de Sainte-Geneviève, une des plus riches et des plus belles héritée de la France d’avant 1789. Autant dire le travail rêvé pour la bibliothécaire et historienne que je suis ! J’avais postulé, j’avais été retenue.

Mais j’avais fait un tirage de tarot, et il était clairement « catastrophique ». Il ne fallait pas aller là-bas ! Je me suis dit « Qu’importe ! Ce ne sont pas des cartes qui vont me dicter ma conduite ! Je ne vais pas abandonner le poste de mes rêves pour quelques bouts de carton sur une table quoi ! ». Mais je ressentais un malaise…. Pourquoi faire du tarot si je n’y croyais pas vraiment… ? J’ai hésité, hésité, refait d’autres tirages, et tout était unanime : non ! Et c’était sans raison apparente : le poste, l’équipe, tout était vraiment bien ! En plus à l’époque je ne pensais pas faire d’autre métier que celui-là.

J’ai décidé tout de même de relever le défi et de dire « Non ! » au poste de mes rêves suite aux tirages de cartes.

J’ai senti qu’au-delà du choix professionnel, il y avait tout un choix de vie. Un choix « métaphysique » aussi, celui de choisir de faire confiance à une mystérieuse synchronicité qui indiquait « non » via un tirage de cartes, au point de bousiller sans bonnes raisons ma carrière de l’époque.

J’ai su la vraie raison de ce « non » plus tard. Si j’étais entrée à Sainte-Geneviève, je ne serais jamais devenue conteuse. C’est à dire que je n’aurais pas trouvé ma véritable voie.

Trois mois après avoir refusé ce poste de mes rêves je suis entrée à la formation théâtrale professionnelle de Peter Tournier.

Comment t’es venue l’idée d’un “Conte des Arcanes”?

Quand j’ai commencé ma formation de théâtre, j’ai fait un stage de contes avec un Griot africain. Ce fut un coup de foudre. Très vite, j’ai voulu compulser les histoires qui me plaisaient et me créer un répertoire de contes en lien avec le tarot. J’ai trouvé cela très intéressant et j’ai trouvé de très belles choses : des contes de bateleur, d’ermite, de fou, de mort avec le squelette et la faux… Après la formation j’ai souhaité créer mon propre spectacle de contes et me lancer dans ce métier. J’ai alors demandé à Peter Tournier d’en faire la mise en scène.

Je pensais utiliser mon répertoire d’histoires mais Peter trouvait que ça n’allait pas assez loin. Un jour, il m’a fait faire un tirage de cartes et il m’a dit « conte avec ça ». Et ça a commencé de cette manière. On s’est retrouvé avec une histoire incroyable. On a fait trois semaines de résidence cet été tous les jours pour mettre en place à la fois ce personnage de devineresse qui conte, et le cadre, les circonstances les plus appropriées pour créer ces histoires avec le tarot.

Au départ, nous souhaitions que chaque spectacle soit un pur moment d’improvisation avec le tirage de cartes en direct sur scène. Après nous nous sommes restreints un peu dans le sens où les histoires viennent bien de moments d’improvisation à partir des tirages de cartes pendant les répétitions, mais nous avons jugé plus approprié ensuite de les réécrire, les documenter et les retravailler encore pour rendre les situations, les périodes, les personnages, les nœuds dramatiques encore plus vivants. Pour donner au final 22 histoires d’une heure en lien avec la thématique des 22 arcanes du tarot.

Ceci dit, sur scène quand je donne une de ces 22 histoires, je continue d’improviser, car seule la trame de l’histoire a été écrite.  

Quels sont tes projets professionnels ? Y aura-t-il une suite aux “contes des Arcanes” ? Ou le livre du spectacle pour nous consoler un peu de ne pas y assister si on habite trop loin

En ce moment je joue « Contes des arcanes » au théâtre la Croisée des chemins à Paris, tous les samedis à 18h et les dimanches à 19h. Ce n’est qu’un début car pour cette saison je ne joue que 4 histoires (ce qui est déjà pas mal !) sur les 22. Mon projet est de créer un véritable ensemble artistique avec ces 22 histoires en lien avec les thématiques des 22 arcanes du tarot, et au final je souhaite que cet ensemble constitue une œuvre qui dépassera le tarot pour aborder quelque chose de plus universel… Car à travers le tarot, ce sont les grandes thématiques de la vie humaine que le spectacle aborde : l’amour, la mort, la trahison, l’espoir, la folie, la destruction, la liberté …

Mes projets sont de constituer des tournées pour continuer de jouer cet ensemble de spectacles. Pour 2020 « Contes des arcanes » a déjà été demandé à Marseille, je vais aussi aller le jouer au Maroc, en Belgique, puis au Musée de la Carte à jouer d’Issy-les-Moulineaux. Des taroloques me l’ont demandé pour accompagner des stages, séminaires, formations avec leurs élèves et j’aimerais beaucoup continuer aussi ces sortes de collaboration.  

Et si vous habitez trop loin, il vous suffit de me trouver un lieu, une salle, même un extérieur et de réunir au minimum 15 personnes et je peux venir ! Ce spectacle est conçu pour être adaptable partout… Un live du spectacle est également en prévision, tourné avec un cinéaste professionnel. Bon, nous ne tournerons pas les 22 heures quand même…

Ces 22 histoires seront également réécrites sous forme de nouvelles et publiées, un éditeur est d’ores et déjà intéressé.

En parallèle avec cette création, J’ai le projet de proposer des ateliers de pratique de l’art du conte, avec le tarot comme support. A la fois pour transmettre des bases de travail scénique et d’art oratoire telles que je les ai apprises avec Peter Tournier et d’autres artistes et conteurs, et aussi pour aider les gens à créer des histoires, leurs histoires… Leur histoire ? Quand je vois quels mouvements de transformation cela peut provoquer en soi, de pratiquer ces arts de la scène, j’aspire à partager ces expériences. Si le tarot y met son grain de sel en plus … ça promet !

Je propose toujours mes ateliers conférences sur l’histoire du tarot, que j’enrichirai de moments de pratiques de cartomancie historique : je proposerai ainsi des bases pour se former au tarot en passant par des tirages de cartes de livres anciens. Outre la curiosité et le plaisir de les redécouvrir, ces tirages anciens peuvent aider à se poser des bonnes questions pour pratiquer : qu’est-ce qui fait la qualité d’un tirage, comment bien répondre à une question, faut-il toujours suivre un auteur, un système ? Tous les tarots sont-ils équivalents ?

Tout cela pour bientôt, je publierai le calendrier début 2020 ; en ce moment je travaille à fonds l’écriture des histoires, les répétitions pour les dates que je joue, chaque chose en son temps.

Ah oui, après « Histoire du tarot » mon éditeur m’a demandé aussi un nouveau manuscrit, consacré à l’histoire de la cartomancie … En 2020 je ne vais pas chômer !  

Comment peut-on se tenir au courant de tes activités artistiques et tarologiques?

Mon site web HistoireS du tarot est régulièrement mis à jour, vous pouvez consulter la page actualités, vous y inscrire pour recevoir la Newsletter ou encore y regarder les articles que je publie, ou les liens vers ce qu’on trouve à mon sujet sur le web.

Je publie aussi quotidiennement sur ma page Facebook.

https://www.tarot-paris.com/ et https://www.facebook.com/nadolnytarot/

Print Friendly, PDF & Email